Rationnaliser les outils de production pour une réponse efficiente

à la continuité des activités numériques

Rationaliser les outils de production, la transformation numérique à tous les niveaux, process sentry

La transformation digitale à tous les étages

Ce n’est plus un secret maintenant, l’accélération de la transformation digitale des entreprises est à un stade de maturité élevé (même en France). En effet, les récentes crises conjuguées COVID et inflation, vont mener les entreprises à accélérer leur transformation digitale, qui pour être honnête était encore timide et parcellaire. 

Projets de migration vers le Cloud, projets d’urbanisation, projets de modernisation d’applications sont dans les portefeuilles de très nombreuses CIO ou CDO. 

Pour plus d’information sur ces priorités des entreprises, je vous conseille la lecture de cet article d’août 2022 de ZDNET « Les entreprises auront besoin d’une feuille de route claire pour le déploiement des nouvelles technologies afin de les aider à survivre et à prospérer, quels que soient les vents contraires sociaux et économiques auxquels elles pourront être confrontées à l’avenir. » 

Voir l'article

L’importance des activités numériques dans le Business d’aujourd’hui et de demain 

Les activités numériques au cœur du Business 

Activités digitales

Là aussi, nous pouvons parler d’évidence, mais ce n’est pas si simple. En fait, le Business de demain est fondé sur les activités numériques. De là émergent de nouvelles problématiques de modernisation, mais plus globalement de stratégie d’entreprise comme le détaille cet article : Datascience

Les projets d’évolution du numérique vont conduire en grande majorité les entreprises à s’interroger sur leurs infrastructures et leurs réseaux, et ce sont les grands influenceurs du marché, les GAFAM et les opérateurs qui poussent cette tendance. Cependant, les activités numériques sont aussi et surtout dans la main des applications et des échanges de données. Ces deux composantes, applications et échanges de données impliquent la qualité et la pertinence des informations échangées dans l’entreprise pour son succès.

Donc, un Business fonctionnel et efficient passe par des projets liés aux apports fonctionnels d’une application, mais aussi et surtout par des échanges de données maîtrisés entre les acteurs internes et externes de l’entreprise. 

Cette capacité à bien communiquer une information fiable et de qualité est incluse dans l’interopérabilité.

Les activités numériques performantes seront supportées à la fois par une urbanisation applicative claire et précise, mais aussi par une gouvernance des échanges de données impeccable.

De quoi sont constituées les activités numériques ?

ACS Digital Software, Process Sentry, process class

Pour comprendre quels sont les principes fondamentaux de la continuité des activités numériques, il faut d’abord aborder les deux grands mondes des systèmes d’information d’entreprise BackOffice et FrontOffice, mais surtout de part et d’autre, le « no man’s land » qui les entoure. 

Le Back Office

Le BackOffice est fondamental. Il est constitué de ce que l’utilisateur ne voit pas lorsqu’il utilise une interface. Nous allons y trouver les infrastructures, le Cloud, les différents composants d’applications et d’outils techniques, comme ce qui va être autour des processus d’ITIL, de la gestion de l’informatique. 

Le Front Office

Le FrontOffice, de son côté, comprend tout ce qui va concerner les utilisateurs/les clients. On y retrouve les applications « métier », le traitement de l’information / de la donnée à valeur pour l’entreprise. Les notions de processus métier et l’expérience des utilisateurs au travers d’interfaces qui lui permettent d’interagir avec ces données. 

Le « no man’s land » de la donnée 

Les deux domaines Front et Back sont donc complémentaires, mais tellement différents dans les objectifs et les attendus que de part et d’autre, il y a des sujets majeurs dont celui du traitement de l’information/de la donnée, mais aussi et surtout celui de sa communication dans l’entreprise et son écosystème. 

Transformation digitale et activité numériques, Process Sentry

Les techniciens appellent cela des flux de données supportés par des API quand les utilisateurs appellent cela des activités numériques et des processus métier. Aujourd’hui, personne n’a vraiment trouvé de recette qui permette de fluidifier ce no man’s land. « La data, c’est l’utilisateur !», diront certains, quand d’autres diront « c’est le réseau qui ne marche pas !».

La continuité des activités numériques passe évidemment par la maîtrise des deux mondes, mais aussi par celle de ce « no man’s land » de la donnée. Pas de continuité des activités numériques sans gouvernance des échanges de données, ni de visibilité partagée sur les processus associés. Ces processus qui portent le succès de l’entreprise d’aujourd’hui et de demain. 

Pourquoi y-a-t-il tant d’outils pour assurer cette continuité 

Le manque de transversalité des organisations et des objectifs 

En fait, en reprenant l’idée des composants majeurs des activités numériques, on comprend aisément que les différents outils nécessaires sont multiples : ceux pour les infrastructures, ceux pour tel ou telle application, et parfois des solutions de gestion des flux techniques. Mais de manière presque générale aucune solution consolidée entre technique et métier ne permet de donner une vision globale (périmètre le plus important) du succès des activités métier. Pourtant, ce sont les activités les plus importantes dans le succès et la croissance de l’entreprise. 

Un modèle simple et pragmatique pour assurer la continuité des activités numériques 

Trois outils et c’est tout 

En fait aujourd’hui, toutes les solutions pour assurer la continuité de services ont fortement évolué et avec seulement trois outils différents, il est possible de maîtriser la continuité/la performance des activités numériques d’entreprise pour la majorité des entreprises (d’où il faut exclure les TGE, parce que les silos et les egos sont trop importants pour cette prise de conscience). 

La transformation numérique et l'intéropérabilité des données

L’outil premier est une solution d’observabilité, parce qu’elle regroupe tous les composants nécessaires à la maîtrise des composants techniques et applicatifs d’une entreprise. 

L’outil suivant est une solution de NPM (plutôt logicielle), parce que les réseaux de communication sont aujourd’hui très complexes et méritent une solution dédiée. 

Enfin, le dernier est une solution qui permet de mesurer au plus près des activités numériques, les échanges de données à valeur, assurer un suivi des processus associés, tout en fournissant une vue unifiée et collaborative du fonctionnement numérique de l’entreprise. En gros, une définition « business » du besoin d’interopérabilité dans les outils de l’entreprise. 

Le modèle de rationalisation de l’interopérabilité avec Process Sentry 

Sur ce dernier type d’outils, le marché d’aujourd’hui est encore en manque de maturité et l’on va trouver différents marchés du logiciel qui vont répondre partiellement. On y retrouve essentiellement les marchés du SOAPs (ordonnanceurs), du BAM (Business Application Monitoring), du SDMS (Gestion des flux applicatifs) ou encore le BPM (Business Process Management). 

C’est bien une rationalisation de ces différents marchés que propose Process Sentry, fournir aux entreprises une solution unique, qui par la maîtrise des flux applicatifs reliés aux activités et processus associés, permet une gouvernance des activités numériques, tout en consolidant les outils de production d’ordonnancement. 

Process Sentry est donc un outil transverse et collaboratif dans l’entreprise. Il permet de simplifier l’administration, la production et la communication sur le numérique, tout en apportant l’automatisation nécessaire et suffisante. 

Vous souhaitez en en savoir davantage ?

Prenez contact avec notre équipe d’experts